Communication au colloque EAUH 2018 / Urban renewal and resilience cities in comparative perspective

eauh2018.ccmgs.it

La conception des grands ensembles en France (1945-1975)

Gauthier Bolle, ENSA-Strasbourg

Raphaël Labrunye, ENSA-Normandie

La conception des grands ensembles en France 1945-1975

caractéristiques environnementales et résilience d’une forme jugée obsolète

Cette communication s’attache à l’étude et à la reconsidération critique des ensembles de logement collectifs construits en France après la Seconde Guerre mondiale. Notre démarche reflète en partie la méthode et les premiers résultats obtenus dans le cadre du programme de recherche SMARTFRENCH, actuellement en cours de développement1.

En effet, souvent déconsidéré voire décrié par l’historiographie que ce soit sous l’angle urbanistique ou social, le logement de masse (1945-1975), conçu pourtant selon des cadres d’intervention et de gestion extrêmement divers au fil des « Trente Glorieuses », interroge quant à son devenir face aux enjeux contemporains, particulièrement celui de leur rénovation « énergétique ». Méconnus, ces ensembles subissent souvent des interventions lourdes de transformation matérielle niant leurs spécificités initiales, notamment des dispositifs urbains et techniques innovants. 

L’objectif est donc ici de mieux cerner et caractériser les qualités de l’implantation physique de ces grands ensembles, réputés comme étant souvent décontextualisés2 et fruits d’une approche statistique et quantitative3. En dépit d’une approche en effet industrialisée, nos premières investigations semblent démontrer une réalité plus nuancée et plus riche quant à la façon dont certains architectes ont essayé de répondre à ce type de commande.

Sortant d’une approche purement iconique, à travers un corpus issu de la base de données constituée dans le cadre de l’étude en cours, nous proposons d’articuler une analyse thématique transversale autour de différents types de rapport avec l’existant, ou avec l’environnement de manière plus large, déconstruisant les catégories et approches usuelles. Pour la lecture du « plan de masse » de ces opérations, les catégories d’analyse pressenties sont donc les suivantes : les accroches urbaines et outils de composition académiques, l’intégration et la création paysagère, les choix d’orientation solaire du bâti, l’innovation constructive et l’articulation des échelles et des programmes. La grille d’analyse proposée porte ainsi l’ambition de montrer comment ces objets sont porteurs de stratégies d’intervention novatrices faces aux enjeux contemporains. Là résiderait la résilience de ces formes urbaines..

1 « SMART FRENCH, Le logement collectif du second XXe siècle, au prisme de l’énergie », Projet de recherche coordonné par Raphaël LABRUNYE financé par le Ministère de la Culture et qui s’achèvera en septembre 2018.

2 Jean-Patrick FORTIN, Grands ensembles, l’espace et ses raisons, Paris, PUCA, 2001, 112p

3 C’est le cas de l’ouvrage pionner de Bruno VAYSSIERE, Reconstruction – Déconstruction. Le hard french ou l’architecture française des trente glorieuse, Paris, Picard, 1988.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.