Distribution de logement et organisation de la trame structurelle / Shahram Abadie, ENSA Clermont-Ferrand, GRF Ressources

Cette étude s’inscrit dans le sillage des recherches menées, depuis plus d’une vingtaine d’années, sur la distribution de logement collectif1. L’objectif est de proposer une typologie affinée des plans de logement à travers l’analyse d’un large corpus des opérations de l’après-guerre. Cela permettra d’interroger les principaux constats de la littérature existante notamment quant à la persistance jusqu’au début des années 1960, d’une distribution type (3 pièces traversant avec bloc-eau réuni sur façade arrière), et sa variation ensuite avec l’apparition des immeubles épais (à la suite de généralisation de ventilation par gaines shuntées puis VMC, en parallèle avec l’usage des refends transversaux), ainsi que l’indépendance des schémas distributifs adoptés par rapport au système structurel.

Afin de disposer d’un aperçu statistique, une classification a été effectuée sur un corpus de 240 opérations (1945-1973)2, à partir du nombre d’appartements distribués par palier, ce qui définit les expositions et conséquemment les schémas distributifs théoriquement possibles pour chaque logement3. Ainsi, le type binôme classique (2 appartements par palier doublement orientés) se révèle effectivement en déclin progressif (passant de 80% des opérations en 1945-1950 à moins de 10% pour la période 1970-1973), au profit du type quadrinôme (4 appartements par palier, regroupant un quart des opérations entre 1955 et 1965, puis à peu près la moitié du corpus sur la période 1966-1973). L’hypothèse est que la levée de l’obligation d’éclairage et d’aération naturels de la cage d’escalier (entre autres) dans le règlement de construction de 1955 aurait favorisé la multiplication du type quadrinôme avec escalier central, ainsi que des types pentanôme et hexanôme (en moyenne un exemple par an sur la période 1955-1969). Si l’on peut également citer des exemples plus denses jusqu’à 8 logements distribués par palier, voire davantage dans des barres dotées de rue intérieure ou de coursive, les deux types binôme et quadrinôme représentent à eux seuls, 70% de l’ensemble du corpus. Ce qui justifie l’étude plus détaillée de ces deux types dominants.

L’analyse de la distribution proprement dite est menée, dans une seconde étape, sur un échantillon rétréci de 80 opérations dont les plans d’étage courant sont disponibles. La typologie des plans est établie à partir d’un double critère : la répartition des pièces humides et l’accès/la hiérarchie des pièces depuis la porte palière. La grille typologique ainsi établie est croisée d’une part avec l’analyse de la structure et la double trame (longitudinale et transversale), et d’autre part, avec l’exposition des différentes pièces (en particulier chambre/séjour). Ainsi est mise à l’épreuve l’hypothèse de l’incidence de la trame de structure (généralement composée de double ou triple travée longitudinale respectivement d’environ 3–5 m ou de 5-3-5 m et des travées transversales de 2,6 m à 3,2 m) et celle de la distinction des expositions Nord et Sud, sur le regroupement et la disposition des pièces.

1En particulier, Christian Moley, L’Architecture du logement, culture et logique d’une norme héritée, Paris, Anthropos, 1998 ; voir au demeurant la bibliographie du programme Smart French.

2Corpus constitué à partir des publications de revues ; cf. présentation de la base de données par R. Labtunye.

3Sous réserve de certains paramètres tels que l’obligation d’éclairer naturellement la cage d’escalier, typologie du bâti (barre modulaire ou étirée, plot, morphologie simple ou complexe du bâti), etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.