Caractérisation des potentialités bioclimatiques / Ignacio Requena, CRENAU, ENSA-Nantes

L’actuel cadre pour l’amélioration énergétique de l’architecture du XXe siècle s’appuie sur un présupposé central : ce parc immobilier manque de qualités énergétiques selon un point de vue performantiel. Cette lecture est aujourd’hui discutée par la mise en valeur d’approches attentives aux liens entre climat et architecture pendant la même période. Dans l’Amérique des années 1930 et 1940, plusieurs recherches technologiques et concours d’architecture témoignent d’un intérêt pour la maison solaire. Faisant écho aux critiques à l’internationalisme de l’architecture moderne, les années 1950 ont vu apparaitre des méthodes de conception architecturale basées sur l’analyse du climat local – ex., Climate Control Project (AIA, 1949), Climatologie de l’habitation (Leroux, 1952), Grille climatique (Atelier Le Corbusier et André Missenard, 1951). Dans les années 1960, l’adaptation de l’architecture moderne au climat fera l’objet de recherches approfondies par les frères Olgyay, qui diffuseront internationalement leur méthode pour une architecture bioclimatique. Ces travaux, ainsi que d’autres dans la même lignée, sont souvent restés cantonnés au champ de la maison individuelle. Cependant, leur diffusion entre les architectes modernes et leur proximité temporelle à la période de la Reconstruction soulève plusieurs questions : les architectes ont-ils incorporé des critères bioclimatiques dans la conception des ensembles de la Reconstruction ? Existerait-il alors un parc immobilier aux caractéristiques proches des préconisations de l’architecture bioclimatique ?

Dans le but d’apporter quelques éléments de réponse, nous avons procédé à l’étude d’un corpus de 14 projets de la base SmartFrench correspondant à 133 bâtiments, 580 façades et 5044 logements. Nous avons développé cinq indicateurs nous permettant de passer leurs caractéristiques formelles et constructives au filtre des principaux critères du bioclimatisme : captation d’énergie solaire en hiver, prévention des surchauffes en été, réduction des déperditions thermiques, stockage de l’énergie intérieure et ventilation naturelle des espaces. Le corpus de données ainsi créé a été soumis à une analyse statistique en comparant les interactions entre les indicateurs et en tentant des classifications plus généralistes par une analyse factorielle.

L’analyse en cours de cet échantillon ne permet pas de généraliser les résultats. Néanmoins, en guise de conclusion provisoire, nous pouvons confirmer que les préceptes du bioclimatisme ne sont pas totalement intégrés dans l’architecture de la Reconstruction, même si un nombre réduit de projets répondent à plusieurs des critères. Une analyse plus approfondie pointe trois grandes tendances. En premier lieu, le difficile équilibre entre le besoin de capter l’énergie solaire en hiver et le risque de surchauffe en été. L’orientation et la conception des façades (ratio vitrage/opaque et casquettes) s’avèrent essentielles à ce propos, ce qui produit une différence importante entre les bâtiments des années 1950 et ceux des années 1960. En deuxième lieu, la ventilation naturelle semble être bien intégrée, avec une majorité d’appartements orientés vers deux façades, ce qui faciliterait la circulation de l’air, y compris pour les bâtiments susceptibles de surchauffer. Finalement, les aspects d’énergie solaire et ventilation naturelle ne semblent pas avoir une articulation claire avec la compacité et le potentiel de stockage révélé par plusieurs projets de toutes les périodes.

Ce travail de recherche a été mené par Amir Mahamoud dans le cadre de son master ville et environnements urbains (co-habilité École Centrale de Nantes, ENSA Nantes). Le stage de recherche s’est déroulé du 1er mars au 31 août 2018 au sein du CRENAU, UMR AAU, à l’ENSA Nantes. Il a été supervisé par Daniel Siret et Ignacio Requena, maitre de conférences à l’ENSA Nantes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.