Dispositifs spatiaux des plans de masse / Gauthier Bolle, ENSA Strasbourg, UMR Passages & EA 3400 ARCHE

Comment analyser et comprendre les plans de masse produits en France pour la construction d’ensembles de logement collectif entre 1945 et 1975 ? Quels sont les critères et les aspects qui déterminent la forme de ces opérations ? De quelle manière, comment et jusqu’où le contexte d’inscription est-il pris en considération ?

Sortant d’une approche purement iconique, à travers un corpus restreint d’opérations issues de la base de données SMART FRENCH1, nous proposons d’esquisser des réponses à ces questions en évoquant ;

1. Les champs lexicaux de la production de masse : modèles et discours à l’œuvre ?

L’analyse des opérations de notre corpus éclaire l’assimilation de plusieurs concepts qui ne sont pas toujours explicitement formulés mais intègrent la pratique et contamine le discours. Tout d’abord, la grande majorité des opérations publiées traduisent une prise en compte d’un ensoleillement. Par ailleurs, d’un point de vue de la conception urbaine, la présence de termes et formes dérivées de l’« unité de voisinage » est également très caractéristique, alors que le maintien d’un vocabulaire « beaux-arts » est tout aussi manifeste dans la manière de composer les plans de masse.

2. Les critères et arguments d’organisation des plans de masse : contextes et efficience ?

Les publications considérées, richement illustrées, sont accompagnés de textes généralement laconiques, qui s’apparentent bien souvent à des notices rédigées par les architectes eux-mêmes. De l’analyse de ces textes émergent de grandes catégories argumentatives transversales concernant les aspects qui semblent déterminer la forme urbaine de ces opérations. On peut les réduire à quelques catégories, qui sont parfois associées ou cumulées dans les discours étudiés.

3. Vers une première catégorisation : hybridation& contradictions ?

De notre analyse, émergent quatre familles de plan masse identifiables par leurs caractéristiques formelles : les « unités », les « projets statistiques », les « ordres », le « grand parc ». Les familles de plans de masses récurrents semblent ainsi éminemment associées à l’échelle des opérations et de nombreuses opérations semblent transcender et hybrider les caractéristiques de cette catégorisation. Cette première approche met aussi en exergue les ambiguïtés et contradictions en matière de choix d’orientation du bâti qui rentre parfois en tension avec les desseins de la composition globale.

1 Notre base de données est fondée sur un dépouillement systématique des revues publiées entre 1944 and 1975, principalement L’Architecture d’Aujourd’hui, Architecture Française et Techniques et Architecture, permettant de repérer plus de 650 opérations de logement collectif sur l’ensemble du territoire français, certaines étant déjà connues, d’autres étant jusqu’à présent très peu renseignées.

2. Les critères et arguments d’organisation des plans de masse : contextes et efficience ?

Les publications considérées, richement illustrées, sont accompagnés de textes généralement laconiques, qui s’apparentent bien souvent à des notices rédigées par les architectes eux-mêmes. De l’analyse de ces textes émergent de grandes catégories argumentatives transversales concernant les aspects qui semblent déterminer la forme urbaine de ces opérations. On peut les réduire à quelques catégories, qui sont parfois associées ou cumulées dans les discours étudiés.

3. Vers une première catégorisation : hybridation& contradictions ?

De notre analyse, émergent quatre familles de plan masse identifiables par leurs caractéristiques formelles : les « unités », les « projets statistiques », les « ordres », le « grand parc ». Les types de plans de masses récurrents semblent ainsi éminemment associés à l’échelle des opérations et de nombreuses opérations semblent transcender et hybrider les caractéristiques de cette catégorisation, mettant en exergue les ambiguïtés, contradictions et tensions en matière de choix d’orientation du bâti qui rentre parfois en tension avec les desseins de la composition globale

1 Notre base de données est fondée sur un dépouillement systématique des revues publiées entre 1944 and 1975, principalement L’Architecture d’Aujourd’hui, Architecture Française et Techniques et Architecture, permettant de repérer plus de 650 opérations de logement collectif sur l’ensemble du territoire français, certaines étant déjà connues, d’autres étant jusqu’à présent très peu renseignées.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.