Base de données

La base de donnée est accessible au lien suivant (cliquer sur « compte invité » : 88.190.248.163:9000

L’ambition intiale du projet SMART FRENCH était de trouver une méthodologie d’étude alternative aux ensembles de logements construits dans l’après-guerre. En effet, ce type de construction se caractérise par une masse très importantes d’objets réalisés entre 1945 et 1975, avec des échelles et des dispositifs très variés. L’état de l’art ne donne pas d’autres alternatives que l’étude monographique, essentielle pour une rénovation respectueuse, mais limitée et chronophage, et les études globalisantes qui n’abordent pas les spécificités de chaque situation. L’axe principal de la méthode s’appuie sur la réalisation d’une base de données : en mobilisant cette outil capable de gérer une grande masse d’informations, nous pouvons espérer caractériser globalement le corpus à partir d’outils statistiques. Le cadrage du corpus s’est fait selon plusieurs critères. La phase chronologique retenue est 1945-1975 élargissant légèrement la législation qui fixe les dates de 1948 (avant l’édifice est considéré comme « bâti ancien ») et 1974 (première réglementation thermique). L’objectif de l’étude portant sur les capacités d’amélioration énergétique d’un patrimoine architectural à préserver, le critère de la qualité architectural nous a semblé un point d’entrée pertinent. L’inventaire a donc été réalisé par un dépouillement systématique de revues d’architecture sur la période, en faisant l’hypothèse que les revues promeuvent des opérations remarquées pour certaines de leurs qualités. Cela ne permet pas un inventaire complet et intègre des opérations de moindre intérêt, mais la méthode a au moins le mérite d’être réalisable dans les temps impartis. Trois revues ont été dépouillées : Architecture d’aujourd’huiArchitecture françaiseTechnique et architecture. Les revues La Construction Moderne et Urbanisme auraient mérité pareil dépouillement, sans parler des revues techniques. A ce stade de l’inventaire, toute opération de logements collectifs a été insérée dans l’inventaire sans discrimination de taille ou de situation urbaine.

Un premier corpus de 640 entrées a pu être établi qu’il a fallut réduire. Le premier critère discriminant a été d’évacuer les projets dont les échelles et les caractéristiques ne permettent pas de renseigner les indicateurs. C’est le cas par exemple des immeubles urbains construits en mitoyenneté, pour lesquels les critères d’orientation ne portent pas sur l’exposition solaire, ou encore les projets de ZUP qui comprennent des ensembles extrêmement variés. Ont aussi été évacués les projets non construits ou ceux qui n’ont pu être localisés. La sélection se concentre donc sur les 310 opérations où l’orientation prévaut sur l’alignement et d’une taille moyenne (de 10 à 14000 logements).

La principale difficulté a été effectivement de trouver des informations pertinentes concernant les caractéristiques environnementales des opérations, les revues étant assez lacunaires. Parfois certaines données fondamentales sont absentes, comme le type de logements construits, la surface bâtie, les techniques de construction, etc. Il n’existe pas de données pertinentes disponibles sur le logement, à l’échelle d’une opération. Une partie de ces informations a pu être renseignée à partir d’études attentives des opérations, ou des données en ligne comme cadastre.gouv.fr, geoportail.fr ou googlemaps. Cela nécessite d’emblée de restreindre l’étude la sélection de 80 ensembles car les 310 opérations caractéristiques ne peuvent être renseignées à ce niveau de précision dans le temps imparti.

La perspective de développement du projet nous conduit à nous interroger sur les méthodes à développer. A partir des 80 ensembles sélectionnés, une première organisation des récurrences a pu être établie. La taille du foncier est un facteur majeur dans le choix du type de projet mis en œuvre. Il est envisagé deux développements possibles :

– d’un côté une extension du corpus à partir d’open data, disponible sur openstreetmap.fr. Cela concerne les indicateurs d’orientations ou d’épaisseur de bâtiment, facilement extractibles sur SIG.

– D’un autre côté l’approfondissement du corpus de 80. Il s’agit dans un premier temps de tester sa représentativité dans le corpus de 310 et de sélectionner des opérations caractéristiques qui pourraient faire l’objet de collecte de données plus approfondies. Cela concerne les indicateurs de types de logement et de distribution ou les matériaux de construction.