L’orientation solaire dans les plans masses / Daniel Siret, CRENAU, ENSA-Nantes

Les controverses sur l’orientation solaire des bâtiments dans la période moderne témoignent de la difficulté à donner une signification pratique à l’injonction hygiéniste d’une insolation « maximale ». Entre la recherche du plus long temps d’insolation (exposition est-ouest reprise notamment par Le Corbusier), l’optimisation saisonnière de l’énergie transmise sur les façades (exposition nord-sud) ou la dilution des ombres (exposition diagonale), les choix d’orientation apparaissent incertains. Les controverses qui en découlent trouvent un écho fort dans la littérature théorique produite dans la première moitié du XXe siècle mais leur influence dans les pratiques constructives effectives reste encore mal connue. Comment les architectes de la reconstruction ont-ils mis en pratique, à grande échelle, les principes d’orientation solaire discutés avant-guerre ? Ces principes conditionnent-ils en partie l’organisation et les formes des grands ensembles ?

Pour apporter quelques éléments de réponse à ces questions, une analyse a été réalisée sur 13 projets de la base SmartFrench correspondant à 112 bâtiments et 492 façades. Différents indicateurs relatifs aux plans masses et à l’enveloppe des bâtiments ont été définis. Pour chaque projet, des simulations d’ensoleillement au sol et sur les façades des bâtiments ont également été menées. Le corpus de données ainsi créé a été soumis à une analyse statistique d’où il ressort une tendance nette aux orientations diagonales, que ce soit pour les bâtiments de type barre ou de type plot ou tour. Les architectes semblent ainsi privilégier une exposition moyenne, ménageant différents potentiels bien loin des débats tranchés d’avant-guerre. Le souci de symétrie prime souvent sur la qualité d’exposition. Ainsi, le tiers des façades avec balcon présentent une orientation dans le quadrant nord-ouest, symétriquement à leurs opposées du quadrant sud-est. Parallèlement, l’analyse de discours des architectes, lorsqu’ils sont disponibles, montre une tendance à la surévaluation des orientations réelles, les façades présentées comme étant « au sud » pouvant être décalées jusqu’à 35° par rapport à l’axe cardinal.

Un autre résultat intéressant concerne la disposition relative des bâtiments dans les plans masses. Il apparait clairement que cette disposition obéit avant tout à la règle des « deux heures de soleil en hiver » promue par les hygiénistes et par la Charte d’Athènes. Ainsi, on a pu montrer que l’espacement entre deux bâtiments voisins est souvent exactement calqué sur l’ombre portée par le premier sur le deuxième le 21 décembre à midi. On constate que le souci pour l’ensoleillement repose avant tout sur une base normative dictée par un impératif hygiéniste visant à favoriser l’ensoleillement en hiver.

L’échantillon des 13 projets analysés ne permet pas de généraliser ces résultats. Néanmoins, une conclusion provisoire, qui appellerait une vérification minutieuse à travers une analyse extensive de la base de données SmartFrench, nous conduit à penser que la question solaire est prise en compte dans la conception des formes urbaines des grands ensembles, mais sans engagement réel des architectes, qui misent sur des dispositions moyennes et sur la simple application d’une règle hygiéniste contestable.

Ce travail de recherche a été mené par Karim El Alami dans le cadre de son master Sciences et techniques des environnements urbains (co-habilité École Centrale de Nantes, ENSA Nantes). Le stage de recherche s’est déroulé du 1er mars au 31 août 2017 au sein du CRENAU, UMR AAU, à l’ENSA Nantes. Il a été supervisé par Daniel Siret et Ignacio Requena, maitre de conférences à l’ENSA Nantes.

Dispositifs spatiaux des plans de masse / Gauthier Bolle, ENSA Strasbourg, UMR Passages & EA 3400 ARCHE

Comment analyser et comprendre les plans de masse produits en France pour la construction d’ensembles de logement collectif entre 1945 et 1975 ? Quels sont les critères et les aspects qui déterminent la forme de ces opérations ? De quelle manière, comment et jusqu’où le contexte d’inscription est-il pris en considération ?

Sortant d’une approche purement iconique, à travers un corpus restreint d’opérations issues de la base de données SMART FRENCH1, nous proposons d’esquisser des réponses à ces questions en évoquant ;

1. Les champs lexicaux de la production de masse : modèles et discours à l’œuvre ?

L’analyse des opérations de notre corpus éclaire l’assimilation de plusieurs concepts qui ne sont pas toujours explicitement formulés mais intègrent la pratique et contamine le discours. Tout d’abord, la grande majorité des opérations publiées traduisent une prise en compte d’un ensoleillement. Par ailleurs, d’un point de vue de la conception urbaine, la présence de termes et formes dérivées de l’« unité de voisinage » est également très caractéristique, alors que le maintien d’un vocabulaire « beaux-arts » est tout aussi manifeste dans la manière de composer les plans de masse.

2. Les critères et arguments d’organisation des plans de masse : contextes et efficience ?

Les publications considérées, richement illustrées, sont accompagnés de textes généralement laconiques, qui s’apparentent bien souvent à des notices rédigées par les architectes eux-mêmes. De l’analyse de ces textes émergent de grandes catégories argumentatives transversales concernant les aspects qui semblent déterminer la forme urbaine de ces opérations. On peut les réduire à quelques catégories, qui sont parfois associées ou cumulées dans les discours étudiés.

3. Vers une première catégorisation : hybridation& contradictions ?

De notre analyse, émergent quatre familles de plan masse identifiables par leurs caractéristiques formelles : les « unités », les « projets statistiques », les « ordres », le « grand parc ». Les familles de plans de masses récurrents semblent ainsi éminemment associées à l’échelle des opérations et de nombreuses opérations semblent transcender et hybrider les caractéristiques de cette catégorisation. Cette première approche met aussi en exergue les ambiguïtés et contradictions en matière de choix d’orientation du bâti qui rentre parfois en tension avec les desseins de la composition globale.

1 Notre base de données est fondée sur un dépouillement systématique des revues publiées entre 1944 and 1975, principalement L’Architecture d’Aujourd’hui, Architecture Française et Techniques et Architecture, permettant de repérer plus de 650 opérations de logement collectif sur l’ensemble du territoire français, certaines étant déjà connues, d’autres étant jusqu’à présent très peu renseignées.

2. Les critères et arguments d’organisation des plans de masse : contextes et efficience ?

Les publications considérées, richement illustrées, sont accompagnés de textes généralement laconiques, qui s’apparentent bien souvent à des notices rédigées par les architectes eux-mêmes. De l’analyse de ces textes émergent de grandes catégories argumentatives transversales concernant les aspects qui semblent déterminer la forme urbaine de ces opérations. On peut les réduire à quelques catégories, qui sont parfois associées ou cumulées dans les discours étudiés.

3. Vers une première catégorisation : hybridation& contradictions ?

De notre analyse, émergent quatre familles de plan masse identifiables par leurs caractéristiques formelles : les « unités », les « projets statistiques », les « ordres », le « grand parc ». Les types de plans de masses récurrents semblent ainsi éminemment associés à l’échelle des opérations et de nombreuses opérations semblent transcender et hybrider les caractéristiques de cette catégorisation, mettant en exergue les ambiguïtés, contradictions et tensions en matière de choix d’orientation du bâti qui rentre parfois en tension avec les desseins de la composition globale

1 Notre base de données est fondée sur un dépouillement systématique des revues publiées entre 1944 and 1975, principalement L’Architecture d’Aujourd’hui, Architecture Française et Techniques et Architecture, permettant de repérer plus de 650 opérations de logement collectif sur l’ensemble du territoire français, certaines étant déjà connues, d’autres étant jusqu’à présent très peu renseignées.

Communication au colloque EAUH 2018 / Urban renewal and resilience cities in comparative perspective

Citation

eauh2018.ccmgs.it

La conception des grands ensembles en France (1945-1975)

Gauthier Bolle, ENSA-Strasbourg

Raphaël Labrunye, ENSA-Normandie

La conception des grands ensembles en France 1945-1975

caractéristiques environnementales et résilience d’une forme jugée obsolète

Cette communication s’attache à l’étude et à la reconsidération critique des ensembles de logement collectifs construits en France après la Seconde Guerre mondiale. Notre démarche reflète en partie la méthode et les premiers résultats obtenus dans le cadre du programme de recherche SMARTFRENCH, actuellement en cours de développement1.

En effet, souvent déconsidéré voire décrié par l’historiographie que ce soit sous l’angle urbanistique ou social, le logement de masse (1945-1975), conçu pourtant selon des cadres d’intervention et de gestion extrêmement divers au fil des « Trente Glorieuses », interroge quant à son devenir face aux enjeux contemporains, particulièrement celui de leur rénovation « énergétique ». Méconnus, ces ensembles subissent souvent des interventions lourdes de transformation matérielle niant leurs spécificités initiales, notamment des dispositifs urbains et techniques innovants. 

L’objectif est donc ici de mieux cerner et caractériser les qualités de l’implantation physique de ces grands ensembles, réputés comme étant souvent décontextualisés2 et fruits d’une approche statistique et quantitative3. En dépit d’une approche en effet industrialisée, nos premières investigations semblent démontrer une réalité plus nuancée et plus riche quant à la façon dont certains architectes ont essayé de répondre à ce type de commande.

Sortant d’une approche purement iconique, à travers un corpus issu de la base de données constituée dans le cadre de l’étude en cours, nous proposons d’articuler une analyse thématique transversale autour de différents types de rapport avec l’existant, ou avec l’environnement de manière plus large, déconstruisant les catégories et approches usuelles. Pour la lecture du « plan de masse » de ces opérations, les catégories d’analyse pressenties sont donc les suivantes : les accroches urbaines et outils de composition académiques, l’intégration et la création paysagère, les choix d’orientation solaire du bâti, l’innovation constructive et l’articulation des échelles et des programmes. La grille d’analyse proposée porte ainsi l’ambition de montrer comment ces objets sont porteurs de stratégies d’intervention novatrices faces aux enjeux contemporains. Là résiderait la résilience de ces formes urbaines..

1 « SMART FRENCH, Le logement collectif du second XXe siècle, au prisme de l’énergie », Projet de recherche coordonné par Raphaël LABRUNYE financé par le Ministère de la Culture et qui s’achèvera en septembre 2018.

2 Jean-Patrick FORTIN, Grands ensembles, l’espace et ses raisons, Paris, PUCA, 2001, 112p

3 C’est le cas de l’ouvrage pionner de Bruno VAYSSIERE, Reconstruction – Déconstruction. Le hard french ou l’architecture française des trente glorieuse, Paris, Picard, 1988.